1. Bonjour Stéphane, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle Stéphane Beaumont,
j’ai rejoint le mouvement Movember il y a 12 ans, et
depuis 7 ans je suis l’ambassadeur France de l’association.

Stéphane Beaumont, Ambassadeur France de l'association Movember

Stéphane Beaumont – Ambassadeur France de l’association Movember

2. Pouvez-vous nous présenter Movember ? Comment est né le projet ?

Movember c’est la contraction de “Moustache in November”. C’est une ONG d’origine australienne, qui est partie du fait qu’en 2003, plusieurs personnes ont voulu remettre au goût du jour la moustache, au profit d’une cause, en l’occurrence, à l’époque, le cancer de la prostate. Cette initiative a vraiment explosé et a été rapidement reprise un peu partout dans le monde anglo-saxon, et en France depuis 2011.

Le principe : on se laisse pousser la moustache pour sensibiliser son entourage aux problèmes de santé masculins, que sont les cancers de la prostate et des testicules, et le risque de suicide. Il faut savoir que les hommes aujourd’hui meurent 6 ans plus tôt que les femmes, sans qu’il y ait réellement d’explication à ça, si ce n’est des mauvaises habitudes liées à la santé masculine.

3. Quel est le principe de Movember ? Quelles sont les différentes missions que vous menez ?

Le centre de la mission de Movember c’est le message de prévention sur ces trois causes, notamment les deux cancers masculins (prostate et testicules), où les hommes ne sont pas du tout au courant des gestes de prévention à adopter. Pour comparer avec le cancer du sein, les gestes d’auto-palpation du sein sont maintenant plus ou moins acquis par l’ensemble des femmes, ce qui n’est absolument pas le cas pour les cancers masculins. Donc le premier message c’est effectivement un message de prévention au niveau des cancers masculins.

La deuxième mission concerne la problématique de risque de suicide. Il faut savoir que le suicide est la première cause de mortalité des jeunes en France, mais également partout dans le monde. Movember s’est énormément impliquée au travers de la méthode ALEC, pour permettre aux gens d’apprendre à prendre contact et à interagir avec des personnes qu’ils ressentiraient fragiles.

Les deux principales missions sont donc la prévention et le don d’outils permettant aux gens de lutter contre ces fléaux.

4. Quel est le modèle économique de Movember ?

Le modèle économique de Movember est assez simple. Toutes les informations sur les campagnes de prévention sont disponibles sur le site movember.com. Chaque individu peut créer son profil sur le site (fr.movember.com en France) et appeler aux dons sur sa moustache pour récolter des fonds et financer ces programmes de prévention. C’est donc un modèle qui est basé sur l’engagement individuel de collecte de dons au travers de cette plateforme.

En sachant qu’il est possible de se mettre en équipe et de réaliser des Challenges ; il y a un phénomène de gamification autour de la plateforme. Il y a également des sponsors titres qui aident Movember à aller plus loin.

5. Votre réseau de soutien (particuliers, entreprises mécènes…) représente combien d’acteurs en France ? Dans le monde ?

Nous avons une douzaine de sponsors titre dans le monde. En France nous en avons trois : L’Oréal, Gilette et Pringles. Nous avons un réseau de soutien d’environ 75 000 personnes inscrites et membres de Movember.

Enfin, il y a une cinquantaine d’entreprises qui ont des initiatives, pas forcément grand public, mais qui sont impliquées.

6. Quelles sont vos actions sur le terrain ? Quels sont les plus grands défis à relever pour Movember ?

Notre objectif est d’être présents auprès des gens pour présenter nos programmes de prévention et les inciter à s’inscrire et à aller chercher de l’information.

Il y a également de nombreuses initiatives qui sont prises, notamment à travers des films de prévention. Je voudrais citer l’association française Cerhom, qui collabore avec Movember depuis trois ans pour sortir chaque année un film de prévention sur le cancer testiculaire et le cancer de la prostate.

7. Et vous, pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Movember ?

Je suis un ancien malade. J’ai été traité d’un cancer testiculaire en 2004, et j’ai découvert November par hasard. J’ai eu la chance d’assister à une fabuleuse défaite de la France en 2010, et d’assister à la célébration à l’ambassade d’Australie. J’ai vu débarquer la moitié de l’équipe australienne avec d’énormes moustaches, et j’ai cru que c’était un pari de campagne. J’ai posé naïvement la question, et ils m’ont expliqué que ce n’était pas un pari, mais que c’était Movember. Ayant été malade quelques années plus tôt, je me suis évidemment rendu sur le site anglais (le site français n’existant pas à l’époque), et je me suis inscrit. J’ai rejoint le mouvement et je m’y suis vite impliqué à titre personnel.

8. Pourquoi avoir décidé de vous associer à OuiLive ?

Movember ce n’est pas que la moustache : il y a aussi la notion de “Move” donc de bouger et faire du sport. On ne le répétera jamais assez mais le sport c’est bon pour le corps et pour la santé mentale. Depuis plusieurs années, Movember s’est donné le défi de faire bouger les gens.

OuiLive, à travers les Challenges connectés, a également cette mission de remobiliser les gens au niveau physique, et de les pousser à bouger. L’association s’est faite tout naturellement puisque nos valeurs sont les mêmes.

9. Quelles sont vos attentes concernant le Challenge inter-entreprises développé en partenariat avec OuiLive ?

Le premier objectif est de faire parler davantage de Movember au travers de l’application, grâce à des éléments de communication plus diversifiés que sur le site movember. Le second objectif est d’interagir avec le plus grand nombre d’entreprises, et de récolter des dons au profit de Movember grâce à des dons de particuliers et d’entreprises à travers le Challenge.

Clara Lapeyronie, Content Manager chez OuiLive

Par : Clara Lapeyronie

Retrouvez toutes nos interviews 

[Portrait de OuiLiver] Béatrice Robrolle, une reine en action !

Les équipes de Terre d'Abeilles en pleine action dans leur rucher.À l’occasion de la journée mondiale des abeilles, OuiLive vous emmène au cœur du Parc régional de la Brenne, dans le Berry, pour découvrir l’ONG française la plus importante dédiée à la protection des...

[Portrait de OuiLiver] Margot et Lolita, Apprentis d’Auteuil

Du 31 mai au 14 juin 2021, la fondation Apprentis d’Auteuil a lancé son Challenge “Je marche pour Apprentis d’Auteuil” en partenariat avec OuiLive, afin de soutenir leur programme Les Maisons des Familles. Suite au succès du Challenge, OuiLive vous emmène découvrir...

[Portrait de OuiLiver] Manon Colombe, Colas Rail

L’entreprise Colas Rail, leader mondial des infrastructures ferroviaires, est arrivée en tête sur le podium global du Challenge SQVT 2021*. OuiLive vous emmène à la rencontre de Manon Colombe, Responsable Communication Interne chez Colas Rail, pour vous faire...

[Portrait de OuiLiver] Clémentine Castro, Arpilabe

L’entreprise Arpilabe, plateforme de référence pour les pharmaciens entrepreneurs, est arrivée en tête du podium en moyenne de points du Challenge SQVT 2021*, organisé par OuiLive et TrainMe Corporate.On vous emmène aujourd’hui à la rencontre de Clémentine Castro,...

[Portrait de OuiLiver] Martin Colognoli, Coral Guardian

1. Bonjour Martin, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Martin Colognoli, je suis de formation en biologie marine, écologie marine et aquaculture. J’ai toujours été passionné par les milieux aquatiques et par tout ce qui est sous l’eau, que ce soit de l’eau douce ou...

[Portrait de OuiLiver] Benjamin Combes, Les Ateliers Durables

1. Bonjour Benjamin, pouvez-vous vous présenter ? J'ai 41 ans. Je suis le fondateur des Ateliers Durables et suis coordinateur du réseau. J'ai monté l'entreprise en 2012, on va bientôt fêter nos 10 ans. J'ai fait mes études en école de commerce à une époque où il n'y...

[Portrait de OuiLiver] Sabrina Lucatelli, Nicolas

1. Bonjour Mme Lucatelli, pouvez-vous vous présenter ?Bonjour, je suis la responsable du pôle RSE chez Nicolas. Mon cœur de métier, c’est les ressources humaines,  mais chez Nicolas, la direction générale a décidé d’inclure les RH dans la RSE et non l’inverse comme on...

[Portrait de OuiLiver] Nathalie Presson, Cancer@Work

1. Bonjour, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Nathalie Presson, directrice générale de Cancer@Work depuis février 2019. J’ai commencé ma carrière dans le domaine de l'assurance pendant 14 ans. Puis, j’ai décidé, à partir de 2002 de m'engager sur les sujets de...

[Portrait de OuiLiver] Yoann Magnin, Solikend

1. Bonjour Yoann, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Yoann, co-fondateur de Solikend. J’habite Biarritz, je suis tombé amoureux du Pays Basque, ce qui explique que j’ai eu envie d’entreprendre dans cette région, et qui a constitué le début de l’aventure...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This