1. Bonjour Diane, pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Diane Scemama, j’ai 30 ans, je vis en région parisienne et j’ai 2 bébés.
A la fin de mes études il y a 6 ans, je suis partie travailler 9 mois auprès de femmes dans des villages du sud de l’Inde. J’y ai découvert avec effroi les ravages que peut faire la fast fashion sur les populations locales du bout du monde. De retour en France, j’ai souhaité agir pour promouvoir un autre mode de consommation. Plus transparent, plus respectueux des êtres humains et de l’environnement, qui soutient les savoir-faire locaux. Je cherche depuis lors des artisans qui ont une démarche authentique et je combats toutes les pratiques de greenwashing émergentes. Étant désormais maman, ma motivation d’entreprendre pour changer les modes de production et de consommation est plus que jamais très forte !

Diane Scemama, co-fondatrice et présidente de Dream Act

Diane Scemama – Co-fondatrice & Présidente de Dream Act

2. Pouvez-vous nous présenter brièvement Dream Act ? Comment est né le projet ?

Dream Act est né d’une envie de découvrir comment changer ma propre façon de consommer. Ayant rencontré plus de 350 artisans engagés au bout de quelques mois, j’ai décidé de rassembler leurs produits sur une plateforme unique, afin de partager avec tous mes précieuses trouvailles. Nous sommes deux fondatrices, aux manettes depuis le 1er jour. Nous sommes aujourd’hui 25 collaborateurs, engagé.e.s dans la mise en lumière d’une consommation plus locale, humaine et écologique.

3. Quel est le principe de Dream Act ?

Dream Act est le site pour consommer responsable au quotidien. De la salle de bain au dressing en passant par le coffre à jouets, nous proposons plus de 45 000 objets de qualité fabriqués dans le respect de la planète et des êtres humains. Nous avons également une offre dédiée aux professionnels, à qui nous proposons des objets personnalisés avec leur logo, pour réduire leurs déchets au quotidien et donner du sens à leurs objets publicitaires.

4. Quelles associations soutenez-vous ?

Nous reversons en effet 1% de notre chiffre d’affaires à des associations partenaires. Pour une jeune entreprise qui n’est pas encore rentable, 1% du chiffre d’affaires ce n’est pas rien. Nos associations partenaires sont des associations dont nous connaissons le fonctionnement interne et qui œuvrent sur des externalités de la consommation de masse : pollution des eaux, soutien à l’entrepreneuriat féminin…

5. Quel est le modèle économique de Dream Act ?

Nous prenons une commission sur les ventes réalisées sur notre site. Cela est transparent pour le consommateur, car les prix sont les mêmes qu’en passant directement auprès de nos ateliers.

6. Quelles synergies envisagez-vous avec OuiLive ?

Nous partageons les mêmes valeurs. Les gagnants ou les participants aux challenges peuvent alors bénéficier de réductions, pour leurs achats personnels comme professionnels.

7. Un mot pour la fin ?

Merci OuiLive !

Clara Lapeyronie

Par : Clara Lapeyronie

Share This