1. Bonjour Virginie, pouvez-vous vous présenter ?

Passionnée depuis toujours par les sujets qui lient alimentation et enjeux sociétaux et de durabilité, je travaille depuis plus de 6 ans au sein de l’ONG Max Havelaar France en tant que Directrice de la marque et de la communication. Le rôle de mon équipe est de sensibiliser et de convaincre l’ensemble de nos publics (citoyens-consommateurs, entreprises, institutionnels…) qu’agir pour un monde plus juste et durable est à portée de main tous les jours en faisant le choix d’un commerce plus équitable.

Virginie Perrin, Directrice de la marque et de la communication Max Havelaar France

Virginie Perrin – Directrice de la marque et de la communication chez Max Havelaar France

2. Pouvez-vous nous présenter Max Havelaar France ?

Max Havelaar France fait partie du mouvement international Fairtrade/Max Havelaar qui est le seul système de commerce équitable gouverné à parité égale entre des ONG nationales présentes dans l’hémisphère Nord, comme Max Havelaar France, et au Sud les réseaux de producteur.rice.s et les travailleur.euse.s (c.a.dire 50% des voix à l’Assemblée Générale et dans tous les organes où se prennent les décisions) . C’est un modèle unique en son genre ! Ce mouvement vise à construire un monde dans lequel les producteur.rice.s et les travailleur.euse.s puissent vivre dignement de leur travail et décider de leur avenir. Aujourd’hui c’est plus de 1,95 million de producteur.rice.s. qui bénéficient des conditions du commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar.

3. Quelle est la genèse du projet ?

Notre mouvement est né en 1988, au Chiapas au Mexique alors que des producteurs de café demandent à une ONG néerlandaise qui les soutenait financièrement de les aider différemment. Ils souhaitaient obtenir un prix juste pour leur production, pour prendre en main eux même leur développement “Trade but not aid”. C’est à ce moment que naît l’idée de connecter des consommateurs des marchés de l’hémisphère Nord à des producteur.rice.s à l’autre bout du monde via un label répondant à un cahier des charges strict.

4. Qu’est ce que le commerce équitable ?

Le commerce mondialisé crée des inégalités de plus en plus fortes et contribue à détruire notre planète. Les producteurs et travailleurs salariés sont les premiers maillons de la chaîne et subissent de multiples formes d’exploitation et de violation des droits humains. Le commerce équitable, porté par des ONG (comme Max Havelaar France et le mouvement Fairtrade/Max Havelaar) et des entreprises engagées, s’oppose à ce modèle dominant. Il s’agit d’un modèle d’économie éthique et responsable. Encadré par des cahiers des charges stricts, il est basé sur des modes de production, de commercialisation et de consommation qui contribuent au développement durable.

5. Comment se matérialise-t-il en entreprise ?

Dans tous les secteurs d’activité, des façons d’intégrer le commerce équitable existent : en devenant détenteur de licence (apposer le label sur vos produits) ou encore en choisissant de développer une offre de produits labellisés. Mais également dans votre pratique d’approvisionnement, et cela même si vous ne développez pas de produits. Il est toujours possible de mettre à disposition des produits à destination de vos salariés comme le café, le thé, les boissons fraîches… d’intégrer une offre équitable pour les restaurants et cantines d’entreprises. Et pourquoi pas proposer à vos salariés qui ont des tenues professionnelles de porter un vêtement en coton équitable Fairtrade/Max Havelaar ? Bref, il y a toute une palette pour intégrer le commerce équitable dans les entreprises !

6. Quel est le principe du commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar ?

Logo de l'ONG Max Havelaar et membre fondateur du mouvement Fairtrade International

En France, le commerce équitable bénéficie d’une inscription dans la loi depuis 2005 car il répond à des critères précis. Quand vous voyez le label Fairtrade/max Havelaar sur un produit, vous savez qu’il garantit :

  • Un prix minimum garanti qui agit comme un filet de sécurité pour les producteur.rice.s
  • Une prime de développement pour financer des projets collectifs économiques, sociaux et environnementaux
  • Des conditions de travail décentes 
  • L’autonomie des coopératives de producteurs 
  • La protection de l’environnement

7. Quelles sont les différentes missions que vous menez ?

Nos missions sont larges. Il s’agit principalement de soutenir nos réseaux de producteurs, de développer les marchés, créer de nouvelles filières équitables en engageant des entreprises, d’éveiller les consciences des citoyen.ne.s et de tous les publics aux enjeux du commerce équitable et de développer le plaidoyer envers les gouvernements et les partenaires économiques pour relever les défis globaux d’échanges internationaux plus justes.

8. Quel est le modèle économique de Max Havelaar France ?

Le modèle économique repose sur le versement d’une redevance par les partenaires économiques, en échange de l’utilisation du label sur le packaging du produit final commercialisé.

9. Votre réseau d’entreprises partenaires représente combien d’acteurs en France ? Dans le monde ?

Il convient déjà de définir ce que nous appelons une entreprise partenaire. Pour être partenaire de l’association Max Havelaar France, il faut obligatoirement acheter, transformer ou commercialiser des matières premières certifiées Fairtrade/Max Havelaar ou des produits labellisés Fairtrade/Max Havelaar. Nous certifions à ce jour plus de 50 filières dans l’alimentation, le textile… Notre réseau d’entreprises en France représente plus de 380 marques engagées soit plus de de 5 300 produits vendus sur le marché France. Au niveau mondial c’est près de 3 000 entreprises et plus de 38 000 produits.

10. Quel est le lien entre Fairtrade et Max Havelaar ?

C’est la même famille ! L’association Max Havelaar France fait partie du mouvement international de commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar qui comprend 26 ONG, 3 réseaux de producteur.rice.s, dans plus de 72 pays et représente plus de 1,95 millions de producteur.rice.s.

11. Quelles sont vos actions sur le terrain ? Quels sont les plus grands défis à relever pour Fairtrade ?

Les actions du mouvement Fairtrade/Max Havelaar peuvent prendre plusieurs formes. La prime de développement redistribuée chaque année aux coopératives certifiées Fairtrade/Max Havelaar permet de financer des projets économiques, sociaux et environnementaux. Cela va par exemple de l’achat de matériel pour améliorer la sécurité et la productivité (bottes, tracteurs, matériel agricole), à la construction de centres de santé, d’achat de matériel scolaire, en passant par le financement d’initiatives pour une agriculture plus durable (type agroforesterie).

12. Pourquoi avoir décidé de vous associer à OuiLive & TrainMe Corporate lors du Challenge SQVT 2022 ?

Notre modèle de transformation du commerce mondial repose depuis toujours sur le partenariat avec le monde des entreprises et les citoyens-consommateurs de plus en plus enclins à changer leurs pratiques. L’association avec OuiLive & TrainMe Corporate a donc été très naturelle. C’est une opportunité de sensibiliser des entreprises qui aujourd’hui n’auraient pas identifié dans leur levier RSE le commerce équitable et de mobiliser toujours plus de personnes autour de nos enjeux. Et faire que demain, toujours plus de producteur.rice.s bénéficient des conditions d’un commerce plus équitable.

13. Quel est l’impact concret pour Fairtrade lorsqu’une entreprise s’engage dans le Challenge SQVT 2022 ? Pouvez-vous nous en dire plus sur l’École du Leadership ?

De manière très concrète, les entreprises qui décident de s’engager dans le Challenge SQVT 2022 vont permettre de financer l’entrée d’une ou plusieurs élèves au sein de l’École de Leadership des Femmes de Fairtrade Africa en Côte d’Ivoire.
L’objectif de cette formation est de sensibiliser les femmes et les hommes des coopératives certifiées Fairtrade/Max Havelaar aux questions de genre et faire réfléchir à la place de la femme dans la société. Chaque personne formée bénéficie d’une année de formation au cours de laquelle elle apprend ses droits, à gérer l’argent de son entreprise et de son foyer, à prendre confiance en elle… Des cours “terrain” sont également proposés pour présenter des initiatives d’autres femmes ayant suivi le cursus (ex : des élevages d’escargots, très prisés en Côte d’Ivoire).
À l’issue de la formation, la personne formée a pour mission de former sa communauté. Elle devient ambassadrice de l’École du Leadership des Femmes.

14. Un mot à adresser aux entreprises susceptibles de se mobiliser pour ce Challenge ?

Grâce au Challenge SQVT 2022, nous voulons engager le maximum d’entreprises et leurs collaborateurs autour de nos enjeux de commerce équitable et d’empowerment des femmes. Mais aussi, agir tous ensemble concrètement pour l’École du Leadership des Femmes qui offre une formidable opportunité d’émancipation aux productrices de Côte d’Ivoire.

Clara Lapeyronie, Content Manager chez OuiLive

Par : Clara Lapeyronie

Retrouvez toutes nos interviews 

[Portrait de OuiLiver] Béatrice Robrolle, une reine en action !

Les équipes de Terre d'Abeilles en pleine action dans leur rucher.À l’occasion de la journée mondiale des abeilles, OuiLive vous emmène au cœur du Parc régional de la Brenne, dans le Berry, pour découvrir l’ONG française la plus importante dédiée à la protection des...

[Portrait de OuiLiver] Margot et Lolita, Apprentis d’Auteuil

Du 31 mai au 14 juin 2021, la fondation Apprentis d’Auteuil a lancé son Challenge “Je marche pour Apprentis d’Auteuil” en partenariat avec OuiLive, afin de soutenir leur programme Les Maisons des Familles. Suite au succès du Challenge, OuiLive vous emmène découvrir...

[Portrait de OuiLiver] Manon Colombe, Colas Rail

L’entreprise Colas Rail, leader mondial des infrastructures ferroviaires, est arrivée en tête sur le podium global du Challenge SQVT 2021*. OuiLive vous emmène à la rencontre de Manon Colombe, Responsable Communication Interne chez Colas Rail, pour vous faire...

[Portrait de OuiLiver] Clémentine Castro, Arpilabe

L’entreprise Arpilabe, plateforme de référence pour les pharmaciens entrepreneurs, est arrivée en tête du podium en moyenne de points du Challenge SQVT 2021*, organisé par OuiLive et TrainMe Corporate.On vous emmène aujourd’hui à la rencontre de Clémentine Castro,...

[Portrait de OuiLiver] Martin Colognoli, Coral Guardian

1. Bonjour Martin, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Martin Colognoli, je suis de formation en biologie marine, écologie marine et aquaculture. J’ai toujours été passionné par les milieux aquatiques et par tout ce qui est sous l’eau, que ce soit de l’eau douce ou...

[Portrait de OuiLiver] Benjamin Combes, Les Ateliers Durables

1. Bonjour Benjamin, pouvez-vous vous présenter ? J'ai 41 ans. Je suis le fondateur des Ateliers Durables et suis coordinateur du réseau. J'ai monté l'entreprise en 2012, on va bientôt fêter nos 10 ans. J'ai fait mes études en école de commerce à une époque où il n'y...

[Portrait de OuiLiver] Sabrina Lucatelli, Nicolas

1. Bonjour Mme Lucatelli, pouvez-vous vous présenter ?Bonjour, je suis la responsable du pôle RSE chez Nicolas. Mon cœur de métier, c’est les ressources humaines,  mais chez Nicolas, la direction générale a décidé d’inclure les RH dans la RSE et non l’inverse comme on...

[Portrait de OuiLiver] Nathalie Presson, Cancer@Work

1. Bonjour, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Nathalie Presson, directrice générale de Cancer@Work depuis février 2019. J’ai commencé ma carrière dans le domaine de l'assurance pendant 14 ans. Puis, j’ai décidé, à partir de 2002 de m'engager sur les sujets de...

[Portrait de OuiLiver] Yoann Magnin, Solikend

1. Bonjour Yoann, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Yoann, co-fondateur de Solikend. J’habite Biarritz, je suis tombé amoureux du Pays Basque, ce qui explique que j’ai eu envie d’entreprendre dans cette région, et qui a constitué le début de l’aventure...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This