1. Bonjour Laure, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je suis Laure Kepes et je suis directrice de la collecte de fonds d’Emeraude Solidaire, l’actionnaire unique de Café Joyeux. Il s’agit d’un fonds de dotation, donc un organisme sans but lucratif.
Laure Kepes, Directrice de la collecte de fonds chez Café Joyeux

Laure Kepes –
Directrice de la collecte de fonds

2. Pouvez-vous nous présenter brièvement Café Joyeux ? Quelle est la génèse du projet ?

Café Joyeux a été créé par Yann et Lydwine Bucaille. Leur projet est né d’une rencontre lors d’une sortie en mer en 2014 sur l’Ephata, un catamaran qu’ils avaient fait construire pour proposer à tous les exclus de la société un moment de partage et de joie loin des contraintes quotidiennes. Théo, jeune avec un syndrome autistique, a alors demandé un job à Yann Bucaille, qui n’a pas pu lui répondre positivement. Mais la demande de Théo a touché Yann, car ce que veut Théo, c’est ce qu’il mérite : une place pleine et entière dans la société, une reconnaissance de sa valeur. Pas de quoi l’occuper une journée, mais toute sa vie, pour contribuer, comme nous tous, à la richesse de notre pays. Le premier Café Joyeux est ainsi né à Rennes en 2017.

Aujourd’hui en France, près de 1% de la population, soit près de 800 000 personnes sont en situation de handicap mental et cognitif. Pour autant, seuls 0,5% d’entre elles travaillent en milieu ordinaire, c’est une situation alarmante car ces personnes sont mises à l’écart de la société et éloignées de l’emploi. Café Joyeux veut faire bouger les lignes : nous voulons changer le regard sur le handicap et montrer que ces personnes sont capables, comme tout le monde, de participer à la vie économique et sociale du pays. Notre raison d’être ? L’inclusion de la fragilité dans le monde par le travail et la rencontre. Pour pouvoir accomplir cette mission, nous avons décidé d’ouvrir des cafés-restaurants en plein centre-ville. Café Joyeux, c’est donc la première famille de cafés-restaurants qui forme et emploie des personnes en situation de handicap mental au cœur de nos villes et de nos vies ! Les équipiers joyeux sont tous embauchés en CDI et sont, en parallèle, formés en apprentissage pendant deux ans à un diplôme reconnu par l’Etat d’agent polyvalent de la restauration. Aujourd’hui, Café Joyeux a ouvert dix cafés en France et un à l’étranger, à Lisbonne, qui emploient plus d’une centaine d’équipiers joyeux et une soixantaine de skippers, managers et encadrants.

3. Quel est votre plan de développement à moyen terme ?

Notre ambition est d’ouvrir entre 25 et 30 cafés-restaurants d’ici 2025, qui emploieront environ 300 équipiers joyeux en CDI. En plus d’être un objectif chiffré, nous souhaitons avoir un impact très positif sur la vie de ces personnes, mais aussi des managers. 91% des équipiers se sentent plus heureux, 97% se sentent plus fiers, et 73% se sentent plus intégrés dans la société grâce à leur travail. Plus que jamais, nous voulons montrer que ces personnes en situation de handicap mental et cognitif ne sont pas des poids pour la société, mais des personnes qui peuvent créer de la valeur, et qui peuvent et veulent travailler. Ce ne sont pas des personnes déficientes, au contraire ! Ce sont des talents et des compétences en devenir lorsqu’on leur en donne l’opportunité. Avant leur arrivée, la plupart de nos employés n’ont jamais travaillé ou alors très peu. Café Joyeux mise sur eux pour qu’ils puissent progresser professionnellement et personnellement. C’est essentiel pour renverser le regard porté sur le handicap.

4. Quel est le modèle économique de Café Joyeux ? En quoi votre modèle économique est-il vertueux (entreprise/association) ?

Aujourd’hui, notre modèle économique est hybride. D’autre part, celui-ci est totalement innovant puisque Café Joyeux est détenu entièrement par un fond de dotation donc un organisme sans but lucratif; la gestion y est totalement désintéressée. Parallèlement le fond de dotation collecte des dons, fait appel à la générosité à l’amorçage pour permettre de collecter les investissements nécessaires à l’ouverture de nouveaux Cafés Joyeux. Une fois ouverts, nos cafés doivent s’autofinancer au bout d’un certain nombre d’années, comme n’importe quelle entreprise en somme ! Nous allions donc à la fois le bien commun et la croissance économique, c’est ce qui fait aussi la force du projet.

5. Votre réseau de partenaires et mécènes représente globalement combien d’acteurs ? Pouvez-vous nous en présenter quelques-uns ?

Nous avons de nombreux mécènes : entreprises et fondations d’entreprises mais aussi des particuliers ou des fondations familiales. Ces particuliers représentent des personnes qui soutiennent le développement des Café Joyeux soit un projet susceptible d’ouvrir près de chez eux dans les années à venir. J’en profite pour les remercier, nous sommes très reconnaissants et nous avons une grande gratitude pour toutes ces personnes et toutes ces entreprises qui nous permettent de pouvoir employer et former ces personnes en situation de handicap. Ce sont plusieurs centaines de petits, moyens et grands donateurs, tous impliqués dans le projet. En termes de chiffres, nous avons collecté en 2021 à peu près 4,6 millions d’€ de dons.

6. Votre avis sur les entreprises participantes aux Challenges OuiLive pour soutenir Café Joyeux ?

Participer à un Challenge OuiLive, c’est pouvoir se sensibiliser à la problématique de l’insertion professionnelle des personnes qui ont des capacités et du talent qui nécessitent d’être révélés. C’est aussi un bon moyen de fédérer en interne et de soutenir évidemment Café Joyeux. Cela permet aussi de connaître le projet de plus près pour tous ceux qui, par exemple, n’ont pas encore de Café Joyeux près de chez eux et qui n’ont pas encore passé la porte de ces derniers. C’est une très belle façon de pouvoir appréhender l’inclusion.

7. Avez-vous des projets qui nécessitent des fonds actuellement ?

Nous avons une dizaine de projets qu’il faut financer pour embaucher encore plus de personnes et transformer leur avenir et celui de leur famille. Au- delà du financement de la part des entreprises, nous leur demandons de soutenir notre vision forte de changement de regard et de pouvoir donner une chance à des personnes qui n’en avaient pas jusque là.

8. Un mot à adresser aux lecteurs ?

Soutenir Café Joyeux, c’est soutenir un projet innovant, c’est transformer de manière très concrète la vie de personnes auxquelles on a toujours dit : “ce n’est pas possible, tu ne sers à rien, tu ne peux rien faire”. Renversons la tendance et montrons que non seulement c’est possible mais que ça marche ! En effet, nos cafés commencent à être rentables, notre modèle économique fonctionne et vous pouvez le voir en passant la porte de n’importe quel Café Joyeux, tout simplement. Nous vous invitons à y venir prendre un café, une soupe ou encore une quiche et d’échanger avec les équipes. C’est la rencontre qui permet de changer le regard. Sinon, vous pouvez aussi boire du Café Joyeux. Et oui, nous avons une marque de Café, Joyeux, servi avec le cœur disponible sur notre site (www.cafejoyeux.com) : on peut y commander du café en grains, moulu ou en capsule. 100% des bénéfices de la vente permet de soutenir l’emploi et la formation des personnes en situation de handicap.

Clara Lapeyronie, Content Manager chez OuiLive

Par : Clara Lapeyronie

Retrouvez toutes nos interviews 

[Portrait de OuiLiver] Béatrice Robrolle, une reine en action !

Les équipes de Terre d'Abeilles en pleine action dans leur rucher.À l’occasion de la journée mondiale des abeilles, OuiLive vous emmène au cœur du Parc régional de la Brenne, dans le Berry, pour découvrir l’ONG française la plus importante dédiée à la protection des...

[Portrait de OuiLiver] Margot et Lolita, Apprentis d’Auteuil

Du 31 mai au 14 juin 2021, la fondation Apprentis d’Auteuil a lancé son Challenge “Je marche pour Apprentis d’Auteuil” en partenariat avec OuiLive, afin de soutenir leur programme Les Maisons des Familles. Suite au succès du Challenge, OuiLive vous emmène découvrir...

[Portrait de OuiLiver] Manon Colombe, Colas Rail

L’entreprise Colas Rail, leader mondial des infrastructures ferroviaires, est arrivée en tête sur le podium global du Challenge SQVT 2021*. OuiLive vous emmène à la rencontre de Manon Colombe, Responsable Communication Interne chez Colas Rail, pour vous faire...

[Portrait de OuiLiver] Clémentine Castro, Arpilabe

L’entreprise Arpilabe, plateforme de référence pour les pharmaciens entrepreneurs, est arrivée en tête du podium en moyenne de points du Challenge SQVT 2021*, organisé par OuiLive et TrainMe Corporate.On vous emmène aujourd’hui à la rencontre de Clémentine Castro,...

[Portrait de OuiLiver] Martin Colognoli, Coral Guardian

1. Bonjour Martin, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Martin Colognoli, je suis de formation en biologie marine, écologie marine et aquaculture. J’ai toujours été passionné par les milieux aquatiques et par tout ce qui est sous l’eau, que ce soit de l’eau douce ou...

[Portrait de OuiLiver] Benjamin Combes, Les Ateliers Durables

1. Bonjour Benjamin, pouvez-vous vous présenter ? J'ai 41 ans. Je suis le fondateur des Ateliers Durables et suis coordinateur du réseau. J'ai monté l'entreprise en 2012, on va bientôt fêter nos 10 ans. J'ai fait mes études en école de commerce à une époque où il n'y...

[Portrait de OuiLiver] Sabrina Lucatelli, Nicolas

1. Bonjour Mme Lucatelli, pouvez-vous vous présenter ?Bonjour, je suis la responsable du pôle RSE chez Nicolas. Mon cœur de métier, c’est les ressources humaines,  mais chez Nicolas, la direction générale a décidé d’inclure les RH dans la RSE et non l’inverse comme on...

[Portrait de OuiLiver] Nathalie Presson, Cancer@Work

1. Bonjour, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Nathalie Presson, directrice générale de Cancer@Work depuis février 2019. J’ai commencé ma carrière dans le domaine de l'assurance pendant 14 ans. Puis, j’ai décidé, à partir de 2002 de m'engager sur les sujets de...

[Portrait de OuiLiver] Yoann Magnin, Solikend

1. Bonjour Yoann, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Yoann, co-fondateur de Solikend. J’habite Biarritz, je suis tombé amoureux du Pays Basque, ce qui explique que j’ai eu envie d’entreprendre dans cette région, et qui a constitué le début de l’aventure...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle et dévorez l'essentiel made in OuiLive : RSE, QVT, défis sociaux et business, partenariats, nouveautés...
Il y en a pour tous les goûts !

Merci, vous êtes bien inscrits pour recevoir la OuiNews !