1. Bonjour Marion, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Marion Gommard, Responsable Partenariats et Fundraising pour Proxité. J’y travaille depuis plus de 2 ans maintenant : je suis arrivée à un moment charnière de la vie de Proxité où l’association a amorcé son passage à l’échelle : d’une action principalement francilienne, elle a essaimé dans 23 villes et 9 régions en France métropolitaine, et anime désormais 44 antennes d’accueil au cœur des quartiers ! Je suis ravie de participer à cette mission essentielle pour l’égalité des chances de la jeunesse.

Marion Gommard, Responsable Partenariats et Fundraising pour Proxité

Marion Gommard – Responsable Partenariats et Fundraising pour Proxité

2. Pouvez-vous nous présenter Proxité ? Comment est né le projet ?

Proxité a été créée à Saint-Denis en 2002 par l’avocat Félix de Belloy, qui faisait de l’aide juridictionnelle auprès de jeunes. En évoquant les freins à leur réussite avec les jeunes et leurs familles, il a souhaité agir en amont et faire se rencontrer ces deux mondes qui vivent l’un en face de l’autre : les quartiers et les entreprises. C’est ainsi qu’est née l’idée du mentorat : mettre en relation un jeune de quartier en difficulté avec un mentor actif dans le monde du travail qui souhaite s’engager pour l’égalité des chances sur son territoire en transmettant ses savoirs et retours d’expérience.

Aujourd’hui, convaincus que chaque jeune peut choisir son orientation et concrétiser son projet professionnel s’il est informé, outillé et soutenu, nous accompagnons 2 400 bénéficiaires de la 6ème à l’insertion professionnelle : isolés, protégés, mineurs non accompagnés majoritairement résidents de Quartiers prioritaires de la Politique de la Ville (QPV) et/ou orientés par des structures sociales. Notre accompagnement a lieu dans des antennes d’accueil Proxité au coeur des quartiers et dans les entreprises des bénévoles, et il inclut :

  • Du mentorat individuel,
  • Des temps collectifs : ateliers (développement de compétences, orientation, découverte de métiers et visites d’entreprises), sorties culturelles et temps fédérateurs permettant de créer du lien social au cœur des quartiers.

Cet accompagnement est une réponse concrète pour les jeunes qui rencontrent des difficultés dans leur scolarité, leur orientation et leur insertion professionnelle et sont isolés face à ces obstacles socioculturels et psychologiques : manque d’informations, d’outils, de réseau, de mixité sociale, mais aussi autocensure et manque de confiance en eux ou de motivation.

En lien avec les acteurs socio-éducatifs locaux, nous proposons à ces jeunes un accompagnement sur-mesure, dont les contenus et le rythme sont adaptés à leurs besoins, demandes et parcours. Nous accordons également une attention particulière à la formation, l’accompagnement et le suivi des bénévoles qui interviennent sur nos programmes.

En créant des passerelles entre différents acteurs d’un même territoire (jeunes en difficulté, bénévoles actifs, partenaires entreprises, associatifs et publics), nous contribuons également au renforcement du lien social à l’échelle des quartiers où nous sommes implantés.

Près de 20 ans après les premiers binômes de mentorat, nous avons accompagné plus de 6 500 jeunes et déployé nos actions dans 9 régions à travers 23 villes et touchant plus de 100 QPV pour répondre aux besoins d’accompagnement déjà conséquents avant la crise sanitaire. Nous évaluons régulièrement notre impact : en 2020 et 2021, 82% des jeunes scolarisés ont amélioré leurs résultats scolaires, 83% des jeunes ont trouvé l’orientation qu’ils souhaitaient, et 83% des jeunes ont obtenu la formation, l’alternance ou l’emploi qu’ils souhaitaient.

3. Quel est le fonctionnement du dispositif Proxité ?

À l’échelle des quartiers où nous travaillons, nous créons un réseau de partenaires socio-éducatifs (établissements scolaires et de formation, Missions locales, Pôle Emploi, structures de l’Aide Sociale à l’Enfance, associations socio-éducatives locales) permettant d’identifier des jeunes en besoin d’accompagnement. Certains de nos bénéficiaires nous viennent également par le bouche-à-oreille, parce qu’un frère, une sœur ou des amis ont été accompagnés par Proxité. En parallèle, nous échangeons avec les services des collectivités publiques et nous créons un réseau de partenaires entreprises locales, permettant d’encourager l’engagement de leurs collaborateurs.

Un référent Proxité rencontre chaque jeune et chaque bénévole individuellement afin de définir les besoins, appétences, compétences éventuelles et disponibilités ; puis le matching du binôme est effectué sur-mesure. Nous proposons une formation initiale puis un parcours de formations complémentaires et temps d’échanges de bonnes pratiques à chaque mentor. Le référent Proxité accompagne chaque binôme avec des bilans réguliers, des conseils et des ressources pédagogiques. Le binôme se rencontre dans des antennes d’accueil Proxité le soir en semaine, ou sur le lieu de travail du mentor. Au cours de leur relation de mentorat, nous proposons également des ateliers collectifs à chaque jeune et des sorties culturelles à chaque binôme.

4. Quel est le modèle économique de l’association ?

Notre modèle repose sur l’engagement des bénévoles mentors et animateurs d’ateliers. L’accompagnement proposé est bien sûr gratuit pour les jeunes bénéficiaires : notre action est donc entièrement financée par des dons d’entreprises (36%), des subventions publiques (34%), des fondations philanthropiques (17%) et des dons de particuliers (14%).

5. Votre réseau de soutien (bénévoles, entreprises mécènes…) représente globalement combien d’acteurs ?

Nous mobilisons 2 400 bénévoles en 2022, et plus de 50 entreprises mécènes.

6. Avez-vous un exemple de collaboration réussie avec une entreprise ?

Nous essayons de co-construire des partenariats à 360°, qui font sens pour l’entreprise comme pour Proxité. Ainsi par exemple, en 2021 avec la Fondation SNCF, nous avons engagé plus 40 collaborateurs dans 5 régions, animé 2 antennes d’accueil dans des locaux SNCF à Saint-Denis, posté des missions valorisées en mécénat de compétences sur sa plateforme d’engagement collaborateur, organisé des actions de communications interne sur différents sites en région, bénéficié d’un transport pour nos binômes lillois afin de se participer à un challenge culturel à Dunkerque… et nous avons bénéficié de soutiens financiers au titre du mécénat, et via la taxe d’apprentissage que nous collectons également.

7. Quelles actions pourraient être mises en place par les entreprises participantes à des Challenge OuiLive pour soutenir votre association ?

Nos modalités de partenariat incluent :

  • L’engagement régulier et sur 1 an de collaborateurs, en tant que mentors ;
  • L’engagement ponctuel de collaborateurs, afin d’animer des ateliers collectifs (compétences, découverte de métiers, entretiens blancs…,) et d’accueillir des stages de 3ᵉ ;
  • La mise à disposition de locaux, de façon durable, afin d’animer une antenne d’accueil, ou de façon ponctuelle, afin d’accueillir un événement interne Proxité ;
  • La collecte de matériel informatique reconditionné à destination de jeunes en fracture numérique ;
  • Un don de l’entreprise au titre du mécénat ;
  • Le versement du solde (13%) de la taxe d’apprentissage à Proxité.

8. Un mot à adresser aux lecteurs ?

C’est encore nos jeunes bénéficiaires qui parlent le mieux de notre action :

« Je conseillerais vraiment Proxité à d’autres jeunes, surtout ceux qui peuvent être en situation de décrochage. À un moment, j’ai voulu abandonner et Proxité a été d’un grand soutien pour moi. Cela m’a permis de rester focalisé, de ne pas trop me disperser. J’ai passé le bac en tant que candidat libre en septembre, et je l’ai eu ! »

Abass, en parrainage avec Manika depuis février 2020, Seine-Saint-Denis

Clara Lapeyronie, Content Manager chez OuiLive

Par : Clara Lapeyronie

Retrouvez toutes nos interviews 

[Portrait de OuiLiver] Béatrice Robrolle, une reine en action !

Les équipes de Terre d'Abeilles en pleine action dans leur rucher.À l’occasion de la journée mondiale des abeilles, OuiLive vous emmène au cœur du Parc régional de la Brenne, dans le Berry, pour découvrir l’ONG française la plus importante dédiée à la protection des...

[Portrait de OuiLiver] Margot et Lolita, Apprentis d’Auteuil

Du 31 mai au 14 juin 2021, la fondation Apprentis d’Auteuil a lancé son Challenge “Je marche pour Apprentis d’Auteuil” en partenariat avec OuiLive, afin de soutenir leur programme Les Maisons des Familles. Suite au succès du Challenge, OuiLive vous emmène découvrir...

[Portrait de OuiLiver] Manon Colombe, Colas Rail

L’entreprise Colas Rail, leader mondial des infrastructures ferroviaires, est arrivée en tête sur le podium global du Challenge SQVT 2021*. OuiLive vous emmène à la rencontre de Manon Colombe, Responsable Communication Interne chez Colas Rail, pour vous faire...

[Portrait de OuiLiver] Clémentine Castro, Arpilabe

L’entreprise Arpilabe, plateforme de référence pour les pharmaciens entrepreneurs, est arrivée en tête du podium en moyenne de points du Challenge SQVT 2021*, organisé par OuiLive et TrainMe Corporate.On vous emmène aujourd’hui à la rencontre de Clémentine Castro,...

[Portrait de OuiLiver] Martin Colognoli, Coral Guardian

1. Bonjour Martin, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Martin Colognoli, je suis de formation en biologie marine, écologie marine et aquaculture. J’ai toujours été passionné par les milieux aquatiques et par tout ce qui est sous l’eau, que ce soit de l’eau douce ou...

[Portrait de OuiLiver] Benjamin Combes, Les Ateliers Durables

1. Bonjour Benjamin, pouvez-vous vous présenter ? J'ai 41 ans. Je suis le fondateur des Ateliers Durables et suis coordinateur du réseau. J'ai monté l'entreprise en 2012, on va bientôt fêter nos 10 ans. J'ai fait mes études en école de commerce à une époque où il n'y...

[Portrait de OuiLiver] Sabrina Lucatelli, Nicolas

1. Bonjour Mme Lucatelli, pouvez-vous vous présenter ?Bonjour, je suis la responsable du pôle RSE chez Nicolas. Mon cœur de métier, c’est les ressources humaines,  mais chez Nicolas, la direction générale a décidé d’inclure les RH dans la RSE et non l’inverse comme on...

[Portrait de OuiLiver] Nathalie Presson, Cancer@Work

1. Bonjour, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Nathalie Presson, directrice générale de Cancer@Work depuis février 2019. J’ai commencé ma carrière dans le domaine de l'assurance pendant 14 ans. Puis, j’ai décidé, à partir de 2002 de m'engager sur les sujets de...

[Portrait de OuiLiver] Yoann Magnin, Solikend

1. Bonjour Yoann, pouvez-vous vous présenter ? Je suis Yoann, co-fondateur de Solikend. J’habite Biarritz, je suis tombé amoureux du Pays Basque, ce qui explique que j’ai eu envie d’entreprendre dans cette région, et qui a constitué le début de l’aventure...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This