1. Bonjour Tancrède, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je suis Tancrède, co-fondateur de Sorewards. Je suis Nantais depuis 2015, marié avec deux enfants, et passionné par les océans et les sports de glisse. Je suis également passionné par toutes les questions environnementales, et très engagé, notamment à travers le bénévolat, chez Surfrider Foundation Europe, que je connais depuis que je suis petit. C’est une association qui me tient à cœur, tout autant que la cause de la protection des océans.

Tancrède Du Réau, Directeur associé Open Digital et Cofondateur de l'entreprise Sorewards

Tancrède Du Réau – Directeur associé Open Digital & Cofondateur de Sorewards

2. Pouvez-vous nous présenter Sorewards ? Comment est né le projet ?

J’ai créé Sorewards en 2019 avec deux associés ; nous sommes quatre aujourd’hui. Ce qui nous a rapproché, ce sont ces valeurs tournées vers l’économie sociale et solidaire.

Sorewards est né de différentes envies. On s’est intéressé à la façon de motiver les équipes, et notamment à travers la carte cadeau. On a tous déjà fait l’expérience de la carte cadeau, et fort est de constater qu’aujourd’hui une carte cadeau n’est pas un levier de motivation très satisfaisant, pour différentes raisons. La première, c’est que le modèle économique sur lequel reposent les cartes cadeaux, notamment non-consommées, est un modèle qui n’est pas éthique, et que les réseaux d’acceptation sont très limités. La seconde, bien que que la carte cadeau soit un poids important dans le pouvoir d’achat de certaines personnes, pour d’autres, elle n’est qu’un “plus”, et ces personnes se forcent donc à consommer.

On s’est donc dit qu’on pourrait encourager les détenteurs des cartes cadeaux à faire un don, parce que les associations ont besoin de financements. La carte cadeau peut être un formidable levier, au même titre que l’arrondi, ou le microdon. On a donc pensé avoir une belle opportunité de répondre à des besoins de l’entreprise pour les accompagner dans la distribution de récompenses au sein de leurs équipes, de permettre aux bénéficiaires d’avoir une récompense plus satisfaisante, et enfin de soutenir les associations qui ont besoin de financements.

Aujourd’hui, le marché de la carte cadeau est un gros marché, qui représente environ 5 milliards d’euros, avec une très forte croissance. Notre objectif est de pouvoir flécher une partie de cette masse financière vers les associations, en faisant contribuer les bénéficiaires des cartes cadeaux, et en embarquant les collaborateurs et les entreprises dans cette démarche. Cette carte cadeau devient donc un outil RSE et un outil de la marque employeur. C’est toute une chaîne de générosité entre les entreprises, les collaborateurs et les associations.

3. Quel est le principe de Sorewards ?

Notre carte cadeau est 100% dématérialisée. A partir de notre plateforme, nos clients, qui sont exclusivement des clients B to B, vont pouvoir faire un transfert de dotations, créer des bénéficiaires et effectuer une distribution de cartes cadeaux dématérialisées (à leurs couleurs s’ils le souhaitent, puisque nous fonctionnons en marque blanche). Le bénéficiaire va recevoir sa carte cadeau par e-mail, et va pouvoir accéder à la web application sur laquelle il pourra faire un don ou un achat en ligne. On ne demande rien aux associations, si ce n’est de s’engager dans la communication. Le but est de créer du lien entre l’entreprise, les collaborateurs et les associations. Tout est fait pour qu’il ne reste aucun argent sur les cartes cadeaux (notamment avec des e-mails de rappel). Lorsqu’une carte cadeau n’est pas entièrement dépensée, nous restituons le “non-consommé” à l’entreprise, pour qu’elle fasse un don. On ne fait pas le don nous-même, car nous souhaitons réellement que celui-ci soit fait par le bénéficiaire de la carte ou par l’entreprise.

4. Quel est le modèle économique de Sorewards ?

Aujourd’hui, la carte cadeau repose sur 2 modèles économiques : le “non-consommé”, qui représente 20 à 30% des montants, et qui est un modèle assez frustrant pour les bénéficiaires et les entreprises, et la “rémunération sur le réseau d’acceptation”.

Nous avons réinventé le modèle économique de la carte cadeau. Nous souhaitions ouvrir davantage le réseau pour offrir plus de choix, s’ouvrir à l’international, et s’engager à ce que 100% des dons soient reversés aux associations, sans leur réclamer de rétro-commission. Cette carte cadeau devient donc un outil RSE et un élément de la marque employeur, et nous considérons que c’est un service à forte valeur ajoutée pour les entreprises, et qu’elles sont donc en mesure de le prendre à leur charge.

Notre service est facturé à l’entreprise en tant que frais de gestion : il s’agit d’un pourcentage sur le montant de la dotation. Cette information leur est donnée en amont, c’est donc 100% transparent.

5. Quels sont les bénéfices pour les entreprises et les salariés d’activer un dispositif Sorewards ?

Le premier bénéfice pour l’entreprise c’est de faciliter sa gestion de distribution de récompense. Les derniers mois, avec la crise du Covid, ont accéléré la dématérialisation. Même si le numérique consomme de l’énergie, ça reste moins énergivore que la distribution de chèques physiques, et plus pratique au niveau de la logistique. De plus, une entreprise qui a des filiales va pouvoir gérer plus facilement sa distribution de récompense à l’international, puisque les cartes cadeaux fonctionnent dans tous les pays et dans la devise de chaque pays. L’entreprise va également pouvoir personnaliser les cartes cadeaux avec son logo, et potentiellement avec celui de l’ONG qu’elle soutient, ce qui va lui permettre de travailler sur sa marque employeur, et d’embarquer ses collaborateurs dans une démarche RSE solidaire.

Pour les bénéficiaires, l’avantage est de se faire plaisir facilement, et de faire un geste de générosité, qui contribue à apporter du sens à sa façon de consommer.

L’objectif est de créer une passerelle entre les entreprises, les collaborateurs et les associations en favorisant le dialogue.

6. Quelles synergies envisagez-vous avec OuiLive ?

Je pense que OuiLive est un formidable acteur pour animer cette passerelle entre les entreprises et les associations, et donner la possibilité aux entreprises d’embarquer leurs collaborateurs dans le soutien d’une cause qui fait sens. Une partie du succès de SoRewards va reposer sur la capacité à animer cette communication entre les collaborateurs et l’association ; c’est donc là qu’il y a un lien entre OuiLive et SoRewards. A partir du moment où les collaborateurs commencent à connaître une association, à apprécier ce qu’elle fait, à comprendre son rôle, ils deviennent plus susceptibles de contribuer à soutenir cette association, notamment grâce à la carte cadeau. Ce que j’imagine c’est donc la possibilité de récompenser les équipes participant à vos Challenges avec cette carte cadeau.

7. Un mot à adresser aux entreprises ?

Aujourd’hui, les collaborateurs doivent être motivés de façon différente : il faut leur apporter du sens, et notamment à travers les associations qui ont besoin de soutien. Ces dernières ont un rôle fondamental dans la société, et interviennent là où l’État n’intervient pas ou n’intervient plus. Je pense sincèrement que donner est meilleur que recevoir, et j’encourage vivement les entreprises à se servir de la carte cadeau et d’en faire un outil RSE et un outil de motivation qui apporte du sens, et du financement aux associations.

Clara Lapeyronie

Par : Clara Lapeyronie

Share This